Archives de la catégorie La graphiste en moi

J’ai toujours été une adepte de tout ce que produit la designer Kelli Anderson mais son plus récent projet m’a littéralement jetée par terre. Il s’agit d’une invitation au mariage de deux de ses amis oeuvrant dans l’industrie de la musique. L’invitation fait également office de tourne-disque de papier qui fait jouer l’enregistrement d’une chanson créée spécialement pour célébrer leur engagement. Pour comprendre comment une telle chose est possible, je vous conseille de visionner ce vidéo. Et pour davantage de détails sur le processus créatif, une visite sur son blogue s’impose.

 

Publicités
  1. Ils adorent assembler des meubles IKEA
  2. Ils achètent des aliments et des boissons uniquement parce que leur emballage est beau
  3. Ils sont incapables changer une ampoule sans d’abord esquisser un schéma de la marche à suivre
  4. Ils détruisent toutes les tables avec leurs x-actos
  5. Ils préfèrent scruter le motif de votre chemise plutôt que d’écouter ce que vous avez à dire
  6. Ils ne savent pas comment additionner ni soustraire, car ils ne comprennent pas les chiffres
  7. Ils ne peuvent vous laisser décorer votre maison sans d’abord vous donner leur avis
  8. Ils font des cauchemars à l’idée de travailler avec Microsoft Office
  9. Ils ne peuvent aller au restaurant sans analyser en profondeur le design des menus
  10. Ils dépensent tout leur argent au Apple Store
  11. Ils offrent des cadeaux qu’ils sont les seuls à comprendre
  12. Ils se moquent d’objets en apparence banals
  13. Ils rêvent du jour ou personne n’effectuera aucun changement à leurs concepts
  14. Ils sont prêts à dépenser 150$ pour une police de caractères
  15. Ils écoutent le Super Bowl seulement pour les commerciaux

Comme 99,9% des graphistes, le perfectionnisme me coule dans les veines. C’est pourquoi j’ai un peu honte d’avouer qu’il est plutôt rare de me voir entièrement satisfaite de ce que je produis. Dans le cadre de mon travail, je suis régulièrement confrontée à des clients tortionnaires pour qui le logo n’est jamais assez gros ou qui croient qu’un pixel est un animal domestique. Fort heureusement pour ma santé mentale, certains projets se déroulent à merveille, et le magazine interne de la firme pour laquelle je travaille est l’un d’eux:

 

Mon coup de coeur de la semaine va à l’illustrateur Stanley Chow et à ses affiches de trois de mes personnages de télévision/cinéma favoris: Margot Tenenbaum dans The Royal Tenenbaums, Bob Harris dans Lost in Translation et Don Draper dans Mad Men. Je trouve que ses illustrations, bien que minimalistes, capturent à merveille l’esprit de chaque personnage. Si comme moi vous avez envie de les voir trôner dans votre salon ou votre bureau, elles peuvent être commandées en ligne via son site web.

 


Le groupe Arcade Fire n’a pas seulement attiré mon attention cette année qu’avec son plus récent album. En naviguant sur divers blogues de design, je tombe régulièrement sur des affiches réalisées pour les divers concerts du groupe à travers le monde. Ai-je besoin de préciser qu’elles sont toutes plus hallucinantes les unes que les autres? Ma favorite demeure celle-ci, une création du studio Invisible Creature. Le visuel a été inspiré par la chanson City with no Children, une de mes préférées de l’album The Suburbs.

Ça y est, la saison des Fêtes vient officiellement de me rentrer dedans. La raison? Je nage en plein délire de cartes de Noël. Lorsque nous avons eu à créer notre première carte il y a quelques années, Gen et moi débordions d’enthousiasme. On voyait à la base ce projet comme une occasion idéale d’enfin sortir des habituelles commandes au look corporatif, mais avec l’expérience je peux vous affirmer que ça vire toujours en cauchemar apocalyptique. C’est le seul projet où il est absolument impossible de faire consensus et qui génère les commentaires les plus violents, car les références culturelles de chacun sur le temps des Fêtes varient énormément. Dans ce contexte, j’essaie de créer quelque chose qui me plaît (et qui plaît à mes patrons) d’abord, et tant pis pour les rabat-joie. En plus, cette année l’illustration sur laquelle je travaille est en parfaite harmonie avec le déluge de flocons qui sévit depuis deux jours.

Vous voulez aussi voir ce que l’on a pondu l’an dernier? Ça se trouve ici.

J’ai un gros, je dirais même un énorme coup de foudre pour l’identité visuelle d’Antarctic Voice, réalisée par le studio Astronaut Design. Par leur utilisation judicieuse de couleurs, de textures et d’éléments graphiques, les designers sont parvenus avec élégance et intelligence à évoquer l’atmosphère glaciale de cette région du globe. Et que dire du logo, d’une simplicité étonnante mais rudement efficace et évocateur.


Via The Best Part

Actuellement au bureau je travaille déjà à mettre en page des calendriers pour la prochaine année. Plutôt déprimant d’y penser alors que l’été vient à peine de se terminer, non? Malheureusement ce n’est pas sur ce projet que je pourrai faire exploser ma créativité alors que j’aimerais bien pouvoir proposer des modèles aussi ludiques que ceux-ci:


Via Govango


J’aimerais bien que Paul Rand aie une connexion directe avec mes neurones. Car parfois, j’aimerais bien qu’elles cessent de chercher à tout prix l’originalité au profit de 1) boucler un contrat et 2) rendre le client heureux. Ça m’éviterait de nombreuses prises de tête!

L’expression « une image vaut mille mots » s’applique à merveille ici.