Archives de la catégorie La fashion victim en moi

Aujourd’hui à Montréal le mercure à l’extérieur frôle les moins six mille degrés. C’est pourquoi j’ai envie de vous parler de ce que j’aurai sur le dos lorsque la température sera davantage similaire à celle de Punta Cana qu’à celle de Kuujjuarapik. Cet été on nous promet des vêtements dans l’esprit des années 60-70, aux couleurs éclatantes et aux silhouettes romantiques et féminines, et je les attends avec impatience. À tout le moins, H&M partage mon enthousiasme et a mis en valeur cette tendance dans sa collection estivale. Il ne fait aucun doute que ma penderie sera bien garnie de rose et de robes!

Publicités

J’ai été agréablement surprise lors du spectacle de Vampire Weekend au Métropolis en septembre dernier. Non, la surprise ne venait pas du fait que le groupe est phénoménal sur scène. Ça, je m’en doutait franchement déjà. Le quatuor était particulièrement en forme et mes tympans ont rarement été aussi satisfaits. Ceci dit, revenons à la surprise. Elle est venue en première partie, laquelle était assurée par les Dum Dum Girls, un groupe constitué de cinq filles basées à Los Angeles qui fait dans le indie/rock. Mettez de côté tous vos préjugés sur les girls band, on est ici loin des Spice Girls et autres Pussycat Dolls. Leur son s’apparente plutôt à celui de groupes dans le genre de The Vaselines et de The Breeders. En plus de produire des mélodies accrocheuses, les demoiselles en question ont un look du tonnerre. Elles sont arrivées sur scène en blazers de cuir, jolies robes vintage, collants à motifs et talons hauts. Je ne dirais pas non à une visite dans leur studio… ou dans leur garde-robe!

Si quelqu’un m’avait dit que la banlieusarde était à l’avant-garde en matière de mode et de tendances, je ne l’aurais pas cru. Car lorsqu’avec mes amis je me lance dans une tirade sur les travers de la banlieue, je ne peux m’empêcher de me moquer des (nombreuses) habitantes de mon patelin qui arborent fièrement une relique des années 90: le mini sac à dos. Besoin d’un rafraîchissement visuel? Alors voici:


Jamais de ma vie je n’ai vu autant de ces sacs que dans un autobus faisant la liaison Chambly-Montréal, d’où provient d’ailleurs l’image ci-haut. Je n’ai jamais compris cette mode, pas plus aujourd’hui qu’en 1994. À mon avis, seuls les moins de 12 ans (lire ici: les ENFANTS) devraient être autorisés à porter un sac à dos format réduit. Car ils sont habituellement couverts de portraits en gros plan de Justin Bieber ou Hannah Montana. C’est pourtant simple: vous grandissez, votre sac à dos, non. Enfin.

Vous comprendrez donc ma stupéfaction quand j’ai découvert ceci dans la rubrique « tendances d’automne » du site Polyvore:


Évidemment. Le mini sac à dos. Tante Gertrude réjouis-toi, tu seras peut-être bientôt en vedette sur the Sartorialist.

Laissez-moi verser une larme.

Comme le mercure n’a qu’à baisser de deux degrés en août pour que je me mette à zieuter la mode automnale, ma garde-robe de rêve pour la prochaine saison est déjà constituée. Et la majorité de celle-ci provient de la nouvelle collection des soeurs Olsen, Elizabeth and James.  J’ai vraiment un faible pour le poncho gris, c’est exactement le genre de vêtement dans lequel j’aimerais m’emmitoufler par une froide journée d’octobre.


 

J’ai toujours aimé regarder les Jeux Olympiques, et je ne fais pas exception pour ceux de Vancouver qui se déroulent actuellement. En tant qu’adepte et pratiquante du snowboard je n’ai manqué aucune compétition, et j’ai dû revoir au moins 12 fois (merci YouTube) le Double McTwist 1260 de Shaun White. Par contre, ce ne sont pas que ses pirouettes qui ont attiré mon attention… J’ai adoré mais surtout été intriguée par l’uniforme de l’équipe américaine. Si le haut évoque sans aucun doute les uniformes des universités américaines, j’étais convaincue qu’ils avaient délaissé leurs pantalons de neige au profit d’une paire de bons vieux jeans. Rien de plus américain que des jeans à l’exception que ceux-ci, conçus par Burton, sont doux, imperméables et faits de deux doublures de tissu GoreTex. Ils sont donc résistants à la neige, au vent, à l’eau et à la glace en plus d’avoir cette référence au streetstyle qui caractériste la marque. J’aime!

Le « sample sale » de la marque montréalaise Matt&Nat est un événement que je ne manque jamais, car je suis de ceux (ou plutôt celles) qui sont convaincus qu’une femme n’a jamais assez de sacoches. J’ai donc enrichi ma collection d’un nouveau mastondonte qui peut contenir à peu près n’importe quoi. Pour appuyer mes dires, voici une démonstration de tout ce qui s’y trouve en ce moment:


Plutôt impressionnant, non?