Archives mensuelles de mai, 2011

J’ai toujours été une adepte de tout ce que produit la designer Kelli Anderson mais son plus récent projet m’a littéralement jetée par terre. Il s’agit d’une invitation au mariage de deux de ses amis oeuvrant dans l’industrie de la musique. L’invitation fait également office de tourne-disque de papier qui fait jouer l’enregistrement d’une chanson créée spécialement pour célébrer leur engagement. Pour comprendre comment une telle chose est possible, je vous conseille de visionner ce vidéo. Et pour davantage de détails sur le processus créatif, une visite sur son blogue s’impose.

 

  1. Ils adorent assembler des meubles IKEA
  2. Ils achètent des aliments et des boissons uniquement parce que leur emballage est beau
  3. Ils sont incapables changer une ampoule sans d’abord esquisser un schéma de la marche à suivre
  4. Ils détruisent toutes les tables avec leurs x-actos
  5. Ils préfèrent scruter le motif de votre chemise plutôt que d’écouter ce que vous avez à dire
  6. Ils ne savent pas comment additionner ni soustraire, car ils ne comprennent pas les chiffres
  7. Ils ne peuvent vous laisser décorer votre maison sans d’abord vous donner leur avis
  8. Ils font des cauchemars à l’idée de travailler avec Microsoft Office
  9. Ils ne peuvent aller au restaurant sans analyser en profondeur le design des menus
  10. Ils dépensent tout leur argent au Apple Store
  11. Ils offrent des cadeaux qu’ils sont les seuls à comprendre
  12. Ils se moquent d’objets en apparence banals
  13. Ils rêvent du jour ou personne n’effectuera aucun changement à leurs concepts
  14. Ils sont prêts à dépenser 150$ pour une police de caractères
  15. Ils écoutent le Super Bowl seulement pour les commerciaux

J’ai le bonheur d’annoncer que désormais, la mère en moi prendra une place plus importante sur ce blogue! Et oui, je suis en cloque depuis déjà 20 semaines. Que personne ne s’inquiète, je garde loin de moi l’idée de m’épancher sur d’éventuels reflux gastriques ou problèmes urinaires. La mère en moi aura plutôt envie de jaser de ses péripéties de femme au gros bedon, de ses états d’esprit et de toutes ses trouvailles originales destinées à ceux et celles qui en on marre du gnagnan.

Sur cette note joyeuse je vous laisse avec l’objet qui m’a servi de prétexte pour annoncer à mon père son entrée dans le club sélect des grands-popa: