Faisons, si vous le voulez bien, un retour sur une de mes fêtes préférées de l’année: l’Halloween. Oui, c’est ultra commercial et ça ne s’adresse en théorie qu’aux enfants, mais c’est l’occasion parfaite pour moi, sugar addict extrême, de consommer une quantité excessive de suçons et de barres de chocolat tout en prétextant qu’ils étaient à la base destinés à mes voisins. Parlant de voisinage, mon coin du 450 est probablement l’endroit où l’on retrouve le plus d’enfants déguisés au mètre carré le soir du 31 octobre. Si je souhaitais fournir à la demande toute la soirée, je devrais sans aucun doute hypothéquer ma maison. Bien que la plupart de mes visiteurs étaient on ne peut plus mignons, certains auraient besoin d’une leçon de savoir-vivre et/ou d’un coup de pied au cul. Par exemple, j’ai ouvert ma porte à une mère et à son bébé d’environ 3 mois à moitié endormi dans une poussette. 3 MOIS! God, il ne boit même pas au biberon et pour une raison nébuleuse ses parents ont cru que ce pourrait être une bonne idée de lui donner une gomme à chiquer entre deux tétées. Ou encore, ces enfants n’ayant même pas pris la peine de se costumer ou qui croient qu’une tuque rayée constitue un déguisement crédible. Et enfin, que dire des grands ados de 16 ans qui poussent les plus jeunes pour être les premiers à sonner à ma porte…

Publicités