Après avoir enduré un été particulièrement moche côté météo, je me suis empressée d’accepter l’invitation de ma belle-famille à passer quelques jours chez nos voisins du sud. Pour être plus précise, nous avons déposé nos cliques et nos claques à Wildwood, New Jersey, destination touristique bien connue du peuple québécois. Ne pouvant rester immobile au soleil plus de 15 minutes et n’ayant qu’un intérêt peu marqué pour les manèges ou les boardwalks, je me demandais comment j’allais occuper ces précieuses journées de congé. La réponse s’est imposée d’elle-même à la minute où mes yeux se sont arrêtées sur les kitschissimes enseignes qui pullulent dans la ville. C’est qu’ici, on ne les considère pas comme de vulgaires épaves art déco. On les préserve, les restaure, et on en fait un attrait touristique majeur, au même titre que les maisons victoriennes de Cape May. Sans oublier mon appareil-photo, j’ai donc enfourché un vieux vélo-pas-de-freins, et je suis partie à la chasse aux plus belles enseignes Doo-Wop de la ville. En voici un aperçu.

Publicités